jeudi 11 septembre 2014

Comme un bon vin... (et bonus gai/triste)

Un retour, une disparition... Une bonne nouvelle, une autre bien triste. Jimmy n'est plus sur les ondes, fermé qu'il fut par ceux qui décident que c'est mal de partager de la musique entre passionnés... Robert est revenu, ça compense... En attendant le retour du Mangeur de Disques, bordel !

Robert Plant "Lullaby and... The Ceaseless Roar" (2014)
ou "Le lion rugit doux"


Comme un bon vin, Robert Plant ne vieillit pas, il prend de la bouteille, s'affine par le temps, gagne chaque saison de nouvelles flaveurs... Et nous ravit les "papilles auditives".
 
Parce qu'en plus d'être le plus précautionneux, le plus intègre des membres de Dead Zeppelin (oui, Dead), celui qui a refusé la juteuse tournée de reformation de son ex-gloire mais pas l'idée de réécrire, un jour, avec Jimmy Page, en une sorte de continuation de leurs petites retrouvailles des années 90 (No Quarter, Walking into Clarksdale), il est aussi celui qui n'hésite pas, tout en restant dans sa zone de confort, pas folle la bête !, à se redéfinir à, quasiment, chaque album, à au moins chercher à se surprendre pour garder tout l'intérêt de son job, sa vocation.
En 2014, 9 longues années après son dernier album solo de compositions originales, l'impeccable Mighty Rearranger,  Lullaby and... The Ceaseless Roar (quel titre !) ne fait pas autre chose que, forcément, revoir la formule sans révolutionner l'univers, l'équilibre en discipline artistique, en somme. Avec, cette fois une inclinaison pour le blues et une certaine musique africaine cousine d'icelui, Robert Plant mise plus fermement sur la construction de belles ambiances que sur quelque idée de rentre-dedans que ce soit. Dans un "péri-style" du blues tribal produit sur Mighty Rearranger, des musiciens duquel on retrouve d'ailleurs quelques noms ici, augmenté d'une africanité folk encore plus prégnante, l'addition du duo formé par Justin Adams et Juldeh Camara n'y est certainement pas pour rien, son expérience avec Alison Krauss itou, Plant produit un album à la fois familier et surprenant.
Familier parce qu'on y retrouve la voix, bien sûr, que les ans ont patiné sans lui ôter un iota de sa personnalité originelle, parce que le blues, en tronc commun de quasiment toute sa carrière, reste un fondamental du style Plant, parce que, aussi, les mélodies des chansons, une certaine patte stylistique, viennent infuser l'album d'un sentiment de déjà-entendu juste ce qu'il faut de présent pour que le confort et la satisfaction soient immédiats.
Surprenant parce qu'en ces temps de revivalisme forcené, où on se disait que Plant ferait bien de se rapprocher du légendaire dirigeable qui fit sa gloire initiale, surtout avec la campagne des remasters Deluxe en rampe de lancement médiatique... Sans doute parce que le monsieur est profondément dévoué avant tout à son art, Robert s'y refuse et continue, finalement, de creuser le jardin de ses envies plutôt que de contenter les désirs prémâchées de masses avilies. Ce n'est pas à dire que rien ne rappelle Led Zeppelin, le groupe faisant parti de l'ADN musical de Plant c'est absolument impossible, juste qu'on en est quand même loin, que Robert a d'ailleurs sans doute passé l'âge, tout en naviguant dans les possibles des constructions soniques et ambitions artistiques héritières de l'imposante figure tutélaire.

Je ne rentrerai volontairement pas dans le détail des chansons et de leurs mérites respectifs, pas plus que je ne vanterai l'aspect technique ou l'emballage de ces "berceuses rugissantes", je vous dirai simplement ceci : Robert Plant est enfin de retour en solo, et comme c'est bien notre Robert Plant, homme curieux, félin libre, artiste entier, c'est une excellente nouvelle... et un excellent album !


1. Little Maggie 5:04
2. Rainbow 4:16
3. Pocketful of Golden 4:12
4. Embrace Another Fall 5:51
5. Turn It Up 4:03
6. A Stolen Kiss 5:13
7. Somebody There 4:31
8. Poor Howard 4:10
9. House of Love 5:03
10. Up on the Hollow Hill (Understanding Arthur) 4:31
11. Arbaden (Maggie's Babby) 2:44


Robert Plant – vocals, production
The Sensational Space Shifters
Justin Adams – bendirs, djembe, guitars, tehardant, background vocals
Liam "Skin" Tyson – banjo, guitar, background vocals.
John Baggott – keyboards, loops, moog bass, piano, tabal, background vocals
Juldeh Camara – kologo, ritti, Fulani vocals
Billy Fuller – bass, drum programming, omnichord, upright bass
Dave Smith – drum set


BONUS
(résumé des épisodes précédents)
Robert Plant "Those Were the Days" (2010)
ou "402ème compilation publiée par Baistophe, confectionnée par votre serviteur"


Le petit texte d'introduction d'époque (en angliche) : "Upon making this compilation, I realized it would be impossible to cut it into a single disc and so I decided to add a few of Mr. Plant's collaborations. Of course, every one of his solo albums has been covered but so have been the Honeydrippers, Page/Plant and his recent work with country singer Alison Krauss. Listening to it, I decided to keep the order chronological as it displayed how the "Plant sound" has evolved through the years. I think this makes for a strong set that proves how valuable a songwriter and a performer Robert Plant is.
Enjoy.
"
Et les images d'époques itou (que vous retrouverez dans le fichier aussi, bien sûr !) :
Intérieur sport,

jantes alliage,

et quel look elle a !

Quelques extraits:
- In the Mood (de The Principle of Things)
- Anniversary (de Manic Nirvana)
- 29 Palms (de Fate of Nations)
- Upon a Golden Horse (de Walking into Clarksdale, avec Jimmy Page)
- Your Long Journey (de Raising Sand, avec Alison Krauss)


Et un petit bonus qui n'a rien à voir. Juste histoire de soutenir Jimmy J. dans sa "dissolution" :

V/A "Mental Jukebox #2 (Par Jimmy Jimmereeno)" (2012)
 
Vous vous souvenez de la série ? Vous aviez été nombreux à y participer.
Des thèmes = des chansons, ce n'est pas plus compliqué que ça !
Voici ce qu'en avait fait l'hôte et compilateur de circonstance :
 
Chanson pour la route:
1. Robert Wyatt "Sea Song" 6:31
Chanson que tu as honte de siffler dans la douche:
2. Jacques Higelin "Tiens, J'ai dis tiens" 4:33
Chanson évoquant la belle-mère:
3. The Rolling Stones "Claudine" 3:42
Chanson sexy:
4. The Velvet Underground & Nico "Venus in Furs" 5:12
Chanson hommage:
5. Jonathan Richman "Velvet Underground" 3:29
Chanson que ça fait du bien parce qu'elle est partie:
6. Morrisey "Margaret on the Guillotine" 3:44
Chanson pour un dimanche matin pluvieux:
7. Ann Pebbles "I Can't Stand the Rain" 2:30
Chanson pour chialer dans sa bière:
8. Jacqueline Taieb "Ce soir je m'en vais" 2:29
Chanson en colère:
9. Patti Smith "Piss Factory" 5:02
Chanson que tu aurais aimé reprendre:
10. Nico "Janitor of Lunacy" 4:04
Chanson que tu répètes en jouant de l'air-guitar devant ton miroir:
11. The Who "My Generation" 3:21
Chanson pour arrêter de fumer:
12. Brigitte Fontaine "Je fume" 4:04
Chanson évoquant une fille:
13. Bob Dylan "I Want You" 3:09
Chanson lunaire:
14. Billie Holiday "What a Little Moonlight Can Do" 3:00
Chanson pour terminer une compile en beauté:
15. Garland Jeffreys "Matador" 4:42
 
En espérant qu'il nous revienne bientôt avec d'aussi excellentes idées communautaires que cette série de compilations ou que le fameux "grand jeu sans frontière des blogueurs mangeurs de disques" qu'on espère voir renaître, un jour...
 

26 commentaires:

  1. Comme un bon vin... et un blogueur absent.

    Robert Plant "Lullaby and... The Ceaseless Roar" (2014)
    - http://www44.zippyshare.com/v/80257849/file.html

    Robert Plant "Those Were the Days" (2010)
    - http://www44.zippyshare.com/v/6660896/file.html
    - http://www44.zippyshare.com/v/19596840/file.html
    initialement publié sur Baistophe.

    "Jukebox Mental #2 (par Jimmy Jimmereeno)" (2012)
    - http://www44.zippyshare.com/v/12922000/file.html
    initialement publié sur feu le Club des Mangeurs de Disques, snif.

    RépondreSupprimer
  2. Salut et merci pour ce bon Plant ! ^
    Je découvre cet endroit en fouinant pour trouver le Club de Jimmy. Décidément quand on a faim de disques, on trouve toujours de quoi grignoter.
    Alors bon appétit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bonnes adresses ne manquent pas, il est tout de même bien triste de constater la disparition d'un blog aussi précieux et référentiel que le Club des Mangeurs de Disques.
      Putain de censure ! >_<

      Supprimer
  3. Qu'est-ce qui vous étonne ? Ça fait des décennies que le chanteur de qui-vous-savez nous abreuve d'albums savoureux. Et celui-ci ne fera pas exception. Le grand Bob nous entraine dans sa quête de spiritualité avec des sonorités pleines d'arômes piquants. Ça pique… mais, putain, qu'est-ce que c'est bon !

    Nous sommes tous un peu orphelins, après la disparition du club. Mais je suis sûr que le lustucru est en train de nous préparer quelques surprises dont il a le secret.

    Thanxxx Zornie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne m'étonne pas en tout cas. Mais ça me convainc plus que Raising Sand ou Band of Joy.

      Orphelins... Pas longtemps j'espère (pas avant que je dise ce que cache la mire...)

      Supprimer
    2. Toi tu es dans le secret des dieux et tu ne veux (peux ?) rien révéler !!!!

      Supprimer
    3. Je ne suis dans aucun secret (des dieux comme des démons) mais je sens qu'un blogueur aussi assidu que Jimmy ne peut pas longtemps rester inactif.

      Supprimer
  4. RIP le club.... et merci merci merci

    RépondreSupprimer
  5. Le Club, c'était presque tous les jours que nous (je) y passions.
    Orphelins un peu, si tu veux Keith, mais il y a vous autres...
    Jimmy prépare nous une belle rentrée.

    Jean-Paul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, y a nous autre, quelques irréductibles qui n'en démordent pas comme Get Happy et sa renaissance en jeu de mot ou mes multiples crèmeries (près de 15 ans que ça dure !).
      Le combat continue alors, allez aux concerts, achetez des albums mais ne vous laisser pas dicter vos gouts par les médias abêtissants. En ça, les blogs résistants que nous sommes, desquels je compte le retour d'un nouveau Club, sont utiles.

      Supprimer
  6. Bon soir!
    Je ne parlais pas francaise. J'aime beaucoup "Le Club...." Je suis desole.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Now, I'm here, dear friend:

      http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/

      Supprimer
  7. Excellent nouvel album du père Plant en effet. Quant à Jimmy nul doute qu'il reviendra. Son blog m'a fait découvrir de bien belles choses que j'ai acheté ensuite, eh oui messieurs les censeurs : "Les Mangeurs de Disques" faisaient marcher le commerce. Mais ça vous êtes trop bornés pour le comprendre.

    RépondreSupprimer
  8. Comme convenu le code pour commentaires/gadget
    Impossible de le mettre tel quel ici donc le voici en .TXT

    commentaire.txt
    http://www20.zippyshare.com/v/29206364/file.html

    RépondreSupprimer
  9. Voici ma nouvelle adresse :
    http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/
    Merci d'avance si tu peux changer dans ton blogroll et encore merci pour l'attention.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais vu, j'avais fait avant de voir ton commentaire.
      Bonne nouvelle !
      Et tu peux tester le Plant, il devrait te plaire.

      Supprimer
    2. J'avais déjà le Plant, il est loin d'être mauvais, mais il ne m'a pas encore tourneboulé!

      Supprimer
    3. Toute l'emphase sur l'ENCORE ! ;-)

      Supprimer
  10. il est très bien ce nouvel album, bien dans la lignée du précédent - quoiqu'un peu plus calme - entre blues et musique du mali... je vais pour la peine me réécouter ce festival au mali, avec pas mal d'autres artistes locaux...
    merci pour la compil, je ne connais pas trop ce qu'il a fait après led zep!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le précédent, tu parles de Mighty Rearranger ? Si oui, c'est ça.
      Compilation maison, avant la suite, belle suite, grosse suite mais... Chut, c'est pour bientôt !

      Supprimer
  11. Robert, Led Zep... Tout ce que je n'aime pas (ce qui ne veut pas dire manquer de respect)
    Personne n'est parfait et surtout pas moi !
    Bonne continuation et attention à vous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais Robert en solo ? Tu connais ses dernières livraisons ? Moi je dis que ça vaut le coup de tenter parce qu'on est quand même très loin de l'image d'Epinal qu'on a du bonhomme.

      Supprimer