jeudi 17 octobre 2013

Le diamant du Roi Maudit

Mercyful Fate "Don't Break the Oath" (1984)
ou "La Voix du Mal"


On ne présente plus les danois de Mercyful Fate aux spécialistes de la chose metal, pas plus qu'on ne doive leur expliquer les mérites du présent album, d'ailleurs. Pour eux, les spécialistes, il est entendu que ce heavy metal dérivatif d'Iron Maiden, de Judas Priest et de Black Sabbath est une référence et que Don’t Break the Oath est une des deux plus belles pages de leur discographie.

Il faut dire que tout est là, musicalement, pour contenter le chevelu en mal de qualité métallique : tempi galopants, guitares à la tierce, compositions (un poil progressives) de qualité… Pas exactement une formule magique mais on s’en approche diablement et elle fonctionne ici à merveille.

Après, deux camps s’opposent et les raisons de ce schisme sont évidemment les « prouesses » vocales de Kim « King Diamond » Petersen… Pour ceux qui ne les auraient jamais entendues, elles évoquent consécutivement le registre médium d’un Rob Halford (Judas Priest), les feulements d’une vierge sacrificielle et les grognements d’un cochon qu’on conduit à l’abattage... Quand ce n’est pas tout à la fois ! L’effet est assurément théâtral et colle parfaitement à la musique du groupe, il faut cependant avouer que pareille démonstration aura inévitablement un effet répulsif sur ceux qui goûtent peu aux performances « hors norme ».

Classique (et indispensable à qui veut appréhender correctement l’histoire du heavy metal), Don’t Break the Oath l’est, sans la moindre ombre d’un doute. On regrettera simplement que ce remaster (par ailleurs tout à fait correct) joue trop la carte du sur-volume pour booster des enregistrements certes anciens mais qui n’avaient aucunement besoin de cet artificiel lifting. Entre des mains plus expertes (ou plus dévouées ?) on se doute que le résultat eût pu être nettement supérieur. En attendant mieux, on s’en contentera parce que la musique est bonne et que là est bien l’essentiel.


1. A Dangerous Meeting 5:12
2. Nightmare 6:21
3. Desecration of Souls 4:57
4. Night of the Unborn 5:02
5. The Oath 7:34
6. Gypsy 3:10
7. Welcome Princess of Hell 4:06
8. To One Far Away 1:31
9. Come to the Sabbath 5:18
Bonus
10. Death Kiss (Demo) 4:30


King Diamond: chant, claviers, harpsichord
Hank Shermann: guitare
Michael Denner: guitare
Timi "Grabber" Hansen: basse
Kim Ruzz: batterie

.Recyclé de l'Année du Dragon.
AdD050

7 commentaires:

  1. Je me souviens qu'à force de le faire tourner, ce vinyle était devenu gris et que le son semblait sortir d'une cave.
    Je charge car ça fait des années que je ne l'ai plus écouté.
    Lu et approuvé !

    RépondreSupprimer
  2. Histoire de rigoler, tu pourrais poster "Nuns Have no Fun" (juste pour la pochette !!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poster un album juste pour la pochette ? Si je me lançais là-dedans, il y en aurait d'autres avant !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Et ceux qui l'accompagnent, faudrait pas l'oublier !

      Supprimer
  4. Bien sûr les 2 gratteux ne sont pas manchots !
    Que ce soit sous le nom de Fate ou King Diamond il y a toujours des compos recherchées, pas banales.

    RépondreSupprimer