lundi 25 novembre 2013

Grand Jeu, 7ème Edition, 4ème Tour (supplément)

Life on Mars?
Une musique d'une autre planète ou presque.

J'ai vraiment été surpris, hier, sauf erreur ou omission d'un grand joueur à qui je présente d'avance mes plus plates excuses, que, pour le thème de la musique d'une autre planète, personne n'ait pensé à LA référence française en la matière : MAGMA !  Alors, voilà, c'est fait... Bienvenue sur Kobaïa !

Magma "Mekanïk Destruktïw Kommandöh" (1973)
ou "Kobaïa attacks!"


D'une autre planète ! Peut-on faire plus alien que le cabaret prog science-fictionneux de Christian Vander et sa troupe d'allumés cosmiques ?

Ecoutez donc l'intro d'Hortz Fur Dëhn Stekën West, ouverture du légendaire Mekanïk Destruktïw Kommandöh, on y a l'impression d'entrer dans le domaine d'un Evil Emperor d'une galaxie far far away... C'est magistral et décadent à la fois, imposant et bizarroïde aussi... C'est Magma !

Et Magma ce sont surtout les drôles d'obsessions d'un petit gars de Nogent sur Marne, fils adoptif du pianiste de Claude Nougaro (Maurice Vander), batteur/vocaliste/pianiste/compositeur/inventeur de sa chose dont la musique est tellement d'ailleurs qu'elle a sa propre langue (le kobaïen), et son propre univers où l'on croise aussi bien John Coltrane que Stravinski/Orff/Stockhausen (etc. pour le côté contemporain de l'affaire) ou King Crimson... Re-haché à la sauce Zeuhl, bien sûr !, puisque c'est ainsi que Christian Vander étiquette le style, l'improbable fusion de sa formation. Pour les newbies, on décrirait volontiers Magma comme une sorte de jazz progressif polyphonique mutant, un genre où la liberté coltranienne, l'expérimentation harmonique stravinskienne et la sombre majesté crimsonienne se rejoignent.

Et donc Mekanïk Destruktïw Kommandöh , le Sgt Pepper, le Red, le Pet Sounds, le Love Supreme de la formation francilienne... Leur magnum opus de l'avis général. Parce que l'album est bouillant, trippant, transcendantal presque. Un album moins jazz que ne le furent ses prédécesseurs et où l'addition d'un vocaliste aussi frapadingue que Klaus Blasquiz apporte sa pierre à l'édifice. Et quel édifice ! Un majestueux, ténébreux et fantasque opéra spatial, opéra parce que les voix c'est important chez Magma, qui vous prend à la première seconde, vous entraîne au passage dans les méandres de la création Vanderienne, méandres où les possibles se dissolvent dans le bouillant magma (je devais bien la faire celle là) d'une "créativite" (virus intersidéral bien documenté) débordante, pour vous laisser, exsangue mais heureux, 38 intenses mais trop courtes minutes plus tard... Un immense (space) trip, quoi ! Alors, évidemment, cette musique se gagne, demande de multiples écoutes pour être pleinement et parfaitement appréhendée, elle n'en aura qu'une plus grande endurance, une supérieure résistance aux usures du temps.

Parce qu'une fois gagné, une fois exploré les autres splendeurs du catalogue de Kobaïa-Prime (de Magma donc, avec en priorité Köhntarkösz ou Ẁurdah Ïtah, parce que le zeul de Christian a fait des petits ailleurs, jusqu'au japon), on revient invariablement à M.D.K., un chef d'œuvre, un vrai !


1. Hortz Fur Dëhn Stekëhn West 9:34
2. Ïma Süri Dondaï 4:28
3. Kobaïa Iss de Hündïn 3:35
4. Da Zeuhl Wortz Mekanïk 7:48
5. Nebëhr Gudahtt 6:00
6. Mekanïk Kommandöh 4:08
7. Kreühn Köhrmahn Iss de Hündïn 3:14


Christian Vander : batterie, chant, orgue, percussions
Jannick Top : basse
Klaus Blasquiz : chant, percussions
Jean-Luc Manderlier : piano, orgue
René Garber : clarinette basse, chant
Claude Olmos : guitare
Stella Vander : chant
Muriel Streisfield : chant
Evelyne Razymovski : chant
Michèle Saulnier : chant
Doris Reinhardt : chant
Teddy Lasry : basse, flûte

11 commentaires:

  1. J'étais à peu près sûr que quelqu'un posterait Magma. En tout cas, si j'avais été un fan, je l'aurais fait. Je n'ai jamais pu entrer dans leur univers: peut-être ne suis-je pas assez musicien? Bonne idée donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en étais sûr aussi... D'ailleurs j'avais prévu un supplément en plus au cas où... Et puis rien.

      Supprimer
  2. C'est effectivement une musique d'une autre planète, bien vu!!

    RépondreSupprimer
  3. Qu'ajouter à ce texte ? Un monument en effet...

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que c'est très étonnant leur absence (surtout aux vues de certains albums, ayant à mon humble avis, rien de bizarre, ne répondant que très vaguement au thème...mais bref !!)
    Je n'ai pas retenu Magma car j'ai choisi Gong, l'autre grand groupe extra-terrestre de la même époque, son "rival" (je dis bien rival entre guillemet). Magma a tant compter pour les ados-rocker adeptes de bizarre des 70's.

    Christian Vander est un vrai génie, un immense batteur. D'ailleurs, j'ai trouvé une série de vidéos, des entretiens où il montre en toute simplicité son savoir faire. En plusieurs parties, il montre et explique, se livre. C'est ici : http://www.youtube.com/watch?v=w9jb5wf0EX4 (Part 1).
    A +

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez oublié audiolemok ou quoi?

    http://audiolemok.blogspot.fr/2013/11/signal-24-life-on-mars-evidence-24.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est vu... désolé j'ai réagi un peu tard

      Supprimer
  6. Je préfère l'album "Attahk"… plein digeste à mon goût !
    Magma : en plein dans le sujet. C'est vrai que Christian Vander possède la double nationalité Terrien-Kobaïen !!!

    RépondreSupprimer