samedi 2 novembre 2013

Retour sur le troubadour maudit

Townes Van Zandt "Texas Troubadour" (2005)
ou "Somme d'homme"

On ne devrait plus avoir à présenter Townes Van Zandt. Artiste essentiel de la country folk de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix qui connut par la suite une carrière plus erratique avant de s’éteindre en 1997 des nombreux abus qui affaiblirent son organisme (alcool, drogues, comme d’habitude, hélas). Dans la première partie de sa carrière, de 1968 à 1973, il sortit une assez incroyable série d’albums de tout premier ordre dont on ressent l’influence jusque dans la country musique dite progressive et l’americana d’aujourd’hui. Le dernier album de ce coffret (où manque hélas l’essentiel du live enregistré en 1973 et sorti en 1977, « Live at the Old Quarter, Houston, Texas », pour que le bonheur soit complet), enregistré et sorti en 1978 n’est qu’une parenthèse (dorée) pour un artiste brûlé qui ne réapparaîtra ensuite qu’en 1987, avec peu de succès commercial (encore !) mais une grâce post-traumatique qu’on se doit de souligner.

Concrètement, le coffret se déroule comme suit :

- For the Sake of the Song (1968)
Premier album du poète Texan et pas la moindre hésitation dans sa country folk douce amère. Le songwriting de Townes s’est déjà affirmé dans les années précédentes (voir ses « early recordings » sur le cd In the Beginning). C’est donc un artiste complet qui se présente ici et déroule 11 compositions confondantes de maturité pour un jeune homme de 24 ans. Tout juste peut-on reprocher des arrangements un peu trop datés qui marquent l’âge de cette galette sinon totalement réussie.



- Our Mother the Mountain (1969)
Moins surproduit que son devancier (et c’est heureux !), Our Mother the Mountain y gagne autant en authenticité et intemporalité. Townes nous propose ici une belle collection de chansons dont il est, encore une fois, le seul et unique responsable. Une réussite malgré, une fois de plus, des arrangements parfois douteux, la faute à un Townes trop confiant dans son producteur, mais la qualité des chansons rattrape facilement ce petit défaut.




- Townes Van Zandt (1970)
Insatisfait de la production et des arrangements  de ses deux premiers albums studio, où trop d’ajouts variétisants avaient corrompu l’identité de sa musique, Townes réenregistre quelques unes des plus belles pièces de son premier album, For the Sake of the Song.  Les 7 autres morceaux sont autant de preuves d’un artiste en complète possession de ses moyens et offrant une country folk intelligente et sensible que le dépouillement présent (mais pas encore tout à fait total) rend d’autant plus attractif.



- Delta Momma Blues (1971)
Contrairement à ce que son titre semblerait indiquer, Delta Momma Blues n’est pas un album de blues mais bien une nouvelle offrande country/folk de tout premier ordre. Suivant la logique du très réussi album éponyme l’ayant précédé, Delta Momma Blues reproduit une formule où la voix et les textes de Townes sont l’indéniable vedette. Une fois n’est pas coutume, toutes les compositions ne sont, cette fois, pas toutes signées du seul Van Zandt, un morceau traditionnel et une participation avec d’autres songwriters débutant en effet ici. Ca ne nuit nullement à l’exceptionnelle tenue d’un album indispensable.

- High, Low and In Between (1972)
Comme son prédécesseur et son successeur, High Low and In Between est un indispensable à qui apprécie la folk music. L’instrumentation, juste la viande sur l’os, soutient parfaitement le vague-à-l-âme de Townes. 11 compositions parfaites pour un album sans faille. Du grand Townes Van Zandt, un grand album tout court en vérité.





- The Late Great Townes Van Zandt (1972)
Doté d’un titre prémonitoire, Townes disparaissant quelques années de l’actualité discographique suite à ce long jeu, The Late Great Townes Van Zandt est une merveille de plus dans une suite d’album difficilement attaquables du magnifique texan. Second album de 1972 et seconde totale réussite, celui-ci a pour particularité d’être l’album de Townes pour lequel il écrivit le moins, 5 des 11 compositions venant d’autres auteurs ou étant seulement co-signées par Van Zandt et une, Sad Cinderella, étant un réenregistrement d’une ancienne chanson. Ca n’entame en rien le tour de force d’une country/folk sobre et belle.

- Flyin' Shoes (1978)
La voix a baissé de quelques tons, les excès sont passés par là,  Flyin’ Shoes n’en est que plus émouvant. Ici Townes revient après cinq longues années de silence dues à ses multiples addictions et leurs malheureuses conséquences. L’écriture de Townes y est intacte, vibrante et précise comme à ses plus belles œuvres et est, de plus, « bonussée » de ses nombreuses expériences. Un album vrai et beau qui fait d’autant plus regretter la décade silencieuse qui suivra.




- Titres bonus
4 excellentes outtakes de 1972/73 et 8 extraits du mythique live at the Old Quarter qui comporte dans son édition complète 27 chansons, les ajouts au coffret sont peu nombreux mais néanmoins recommandables. Les extraits donneront probablement envie de goûter au live dans sa version intégrale. Un amuse-bouche, en quelque sorte.




Loser magnifique, mauvais garçon chronique, chanteur et compositeur fin et passionné, Townes Van Zandt a tout d’un personnage de fiction (à quand le bio-pic ?). Cette collection, pour un faible coût, permettra à ceux qui ne connaissent pas encore cette mythique figure de combler une inexcusable lacune. L’ajout d’un livret de 36 pages avec un bel essai biographie augmenté de photographies et des pochettes des albums permettra de creuser plus avant l’histoire peu commune de ce grand oublié quand on en vient à évoquer les plus grands songwriters américains, dont il est, donc.


Disc 1
- "For the Sake of the Song" (1968)
1. For the Sake of the Song 4:45
2. Tecumseh Valley 2:41
3. Many a Fine Lady 3:51
4. Quicksilver Daydreams of Maria 3:39
5. Waitin' Around to Die 2:23
6. I'll Be Here in the Morning 2:44
7. Sad Cinderella 4:40
8. The Velvet Voices 3:13
9. All Your Young Servants 2:57
10. Talkin' Karate Blues 3:05
11. Sixteen Summers, Fifteen Falls 2:36
- "Our Mother the Mountain" (1969)
12. Be Here to Love Me 2:36
13. Kathleen 2:45
14. She Came and She Touched Me 4:01
15. Like a Summer Thursday 3:02
16. Our Mother the Mountain 4:20
17. Second Lover's Song 2:14
18. St. John the Gambler 3:03
19. Tecumseh 4:53
20. Snake Mountain Blues 2:37
21. My Proud Mountains 5:02
22. Why She's Acting This Way 5:23

Disc 2
- "Townes Van Zandt" (1970)

1. For the Sake of the Song 5:18
2. Columbine 2:30
3. Waitin' Around to Die 2:41
4. Don't Take It Too Bad 2:50
5. Colorado Girl 3:15
6. Lungs 2:25
7. I'll Be Here in the Morning 2:57
8. Fare Thee Well, Miss Carousel 5:17
9. (Quicksilver Dreams Of) Maria 4:41
10. None But the Rain 2:23
- "Delta Momma Blues" (1971)
11. F.F.V. 3:32
12. Delta Momma Blues 3:56
13. Only Him or Me 2:27
14. Turnstyled, Junkpiled 3:20
15. Tower Song 4:07
16. Come Tomorrow 2:54
17. Brand New Companion 4:41
18. Where I Lead Me 2:47
19. Rake 4:01
20. Nothin' 2:46

Disc 3
- "High, Low and In Between" (1972)

1. Two Hands 2:34
2. You Are Not Needed Now 4:15
3. Greensboro Woman 2:21
4. Highway Kind 2:15
5. Standin' 3:23
6. No Deal 3:13
7. To Live Is to Fly 3:15
8. When He Offers His Hand 3:00
9. Mr. Mudd and Mr. Gold 2:22
10. Blue Ridge Mountains 2:10
11. High, Low and in Between 3:13
- "The Late Great Townes Van Zandt" (1972)
12. No Lonesome Tune 4:20
13. Sad Cinderella 4:15
14. German Mustard (A Clapalong) 2:55
15. Don't Let the Sunshine Fool Ya' 2:26
16. Honky Tonkin' 3:43
17. Snow Don't Fall 2:42
18. Fraulein 2:43
19. Pancho and Lefty 3:40
20. If I Needed You 3:44
21. Silver Ships of Andilar 5:08
22. Heavenly Houseboat Blues 2:40

Disc 4
- "Flyin' Shoes" (1978)

1. Loretta 3:50
2. No Place to Fall 3:29
3. Flyin' Shoes 4:23
4. Who Do You Love 4:00
5. When She Don't Need Me 3:11
6. Dollar Bill Blues 3:00
7. Rex's Blues 2:29
8. Pueblo Waltz 3:01
9. Brother Flower 2:55
10. Snake Song 2:35
- Studio Outtakes
11. The Spider Song 2:04
12. Upon My Soul 1:51
13. Buckskin Stallion Blues 2:57
14. At My Window 3:43
- Live Songs from 1973
15. Two Girls 3:48
16. Fraternity Blues 2:51
17. White Freight Liner Blues 3:11
18. Talking Thunderbird Blues 2:35
19. Nine Pound Hammer 3:10
20. Chauffeur's Blues 4:35
21. Cocaine Blues 3:17
22. Only Him or Me 2:32

.Recyclé de l'Année du Dragon.
AdD114

16 commentaires:

  1. Townes Van Zandt "Texas Troubadour"

    Cd 1:
    http://www60.zippyshare.com/v/61118799/file.html

    Cd 2:
    http://www60.zippyshare.com/v/47592499/file.html

    Cd 3:
    http://www60.zippyshare.com/v/51828562/file.html

    Cd 4:
    http://www60.zippyshare.com/v/47602155/file.html

    RépondreSupprimer
  2. Comme c' est de plus en plus difficile de commenter anonymement
    Je viens ici pour te remercier pour ta compil chez Keith
    C' est du bon boulot

    Fil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Fil.
      Pas un mot sur le défunt Townes ? Dommage.

      Supprimer
  3. Superbe de sobriété, avec tout ça tu as su laisser planer un terme qui se cache derrière le bonhomme, est ce que comme Cash nous pouvons le conseiller à ceux qui ne jure que pas le ROCK?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas le même genre, pas la même génération.
      J'aime bien Cash (surtout la période American), j'adore Townes.
      A conseiller aux rockers ? Si ils aiment aussi l'acoustique.

      Supprimer
  4. Merci! C'est vrai, il n'y a pas que le rock dans la musique. Townes Van Zandt le prouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .. pas que le ROCK, mais il a un phrasé qui a beaucoup apporté à l'émotion que sait donner un Bruce Springsteen dans ses titres mid tempo

      Supprimer
    2. Son influence se fait sentir chez le Boss, pas de doutes.
      Et pas que le rock mais aussi le jazz, le reggae, l'electro, le classique, les "musiques du monde"... Oui, pas que le rock.

      Supprimer
  5. Je reviens aussi avouer que quand j'ai lu ce qui lui a déplu dan,s les arrangements de ses albums du début, je pensais que moi ça pourrait me plaire, je suis un grand fan d'artiste comme Glen Campbell. Ou bien les arrangements de "Pleasures of the Harbor" qui a aussi déplu aux créateurs... Mais moi je goutte à ce mélange Sueur, déprime & guimauve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Mais en comparant avec des versions live ou réenregistrées des même morceaux.... Pas photo.

      Supprimer
    2. Nous allons voir ça quasi de suite

      Supprimer
    3. Pas photo? Je ne sais pas. J'ai joué à l'alternance. Mais je retrouve bien ces arrangements comme je les aime.
      Un titre "Many A Fine Lady" est vraiment superbe.
      Et puis le pépère Townes exagère un peu, ce n'est quand même pas grand orchestre et violons guimauvant.

      Supprimer
    4. .. et que dire de "Quicksilver Daydreams Of Maria" Pour ceux qui encense le meilleur de Glen Cambel, je conseille le premier. Touchant, très.

      Supprimer
    5. Attends, je n'ai pas dit que je n'aimais pas, mais quand je compare, je préfère l'ascèse des versions plus dépouillées où, à mon avis, l'émotion de Townes s'exprime mieux. Ceci dit, même en version saccharosée, ça reste d'excellentes chansons !

      Supprimer
  6. J'ai déjà, mais je salue l'initiative en soulevant mon chapeau bien haut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Et j'espère que le post de demain te fera le même effet... Mais que tu découvriras, cette fois.

      Supprimer