lundi 7 avril 2014

Devoir de Mémoire (12)

Fuzzy Duck "Fuzzy Duck" (1971)
ou "Rock the Duck!"


     Typique du hard rock, heavy prog du début des année 70 - soit quelque part entre Atomic Rooster, Vanilla Fudge, Deep Purple Mark I et Wishbone Ash - Fuzzy Duck ne sortit qu'un album lors de son très bref passage parmi nous. A l'écoute dudit, on ne peut que le regretter.
 
     Il faut dire que, pas bien aidé par un nom un peu ridicule et une pochette pas spécialement attractive, le groupe était loin de mettre toutes les chances de son côté. Certes, on remarque ce canard à l'afro et aux lunettes noires, rejet de Woodstock semblant malicieusement nous tirer la langue mais a-t-on pour autant eu envie de l'acheter ? La réponse fut un clair, franc et massif non pour un opus, de toute manière, à la sortie probablement trop confidentielle pour un accès aux masses amoureuses d'"hard à orgues".
     Fuzzy Duck, c'est aussi une de ces formations charnières si typiques de leur époque où les lignes entre rock grand public, rock progressif et hard rock sont encore brouillées, où les clans, les tribus, ne sont pas encore tout à fait formées. C'est ce qu'on entend dans la musique de Fuzzy Duck, une transition d'un monde vers un autre, des late 60s/early 70s et leur "pop music" qui englobait tout ou presque à la guerre des étiquettes qui suivra.
     Musicalement, ça nous donne une mixture où, évidemment, l'orgue prend une place folle (mais est heureusement tenu par un instrumentiste compétant également vocaliste de la formation, Roy Sharland) mais sait aussi ménager quelque place à un six-cordiste trop discret et pourtant inspiré (Grahame White, pas loin du soliste extraordinaire d'Uriah Heep, Mr. Mick Box). Cette doublette soliste et mélodique est, il faut dire, aussi très bien soutenue par la basse baladeuse du futur Crazy World of Arthur Brown Mick Hawkworth et d'un batteur, Paul Francis, qu'on situera quelque part entre Ian Paice et Brian Downey (Thin Lizzy) dans sa propension à rouler sur ses futs avec aisance et dextérité.
     Côté chanson, il y a de très bonnes choses (l'essentiel de l'album originel sans le quelconque Just Look Around You et, à une moindre mesure, le peu mémorable Afternoon Out... Les deux machins les moins progressifs de l'album, pas un hasard) et de plus passables tels que les deux singles enregistrés peu après le long-jeu avec un nouvel axeman, Garth Watt Roy, présentant des compositions plus courtes et moins exploratoires qui vont moins bien au teint d'une formation dont, pour le coup, on sent la tentative opportuniste de coller au hard rock triomphant d'un Deep Purple et d'un Led Zeppelin. On y sauvera tout de même l'amusant et bien troussé Big Brass Band et ses cuivres (plus pop que soul), comme son nom l'indique.
    
     Premier album prometteur mais hélas jamais succédé, Fuzzy Duck plaira particulièrement à tous ceux qui aiment le hard rock un poil progressif du tout début des septantes. Du niveau de bien des formations ô combien plus légendaires, c'est un indice palpable que moult trésors enfouis existent encore, et se dévoilent au fur et à mesure que les bonnes volontés archéologico-musicales se développent. Un symptôme d'une époque riche. Un album recommandé.


1. Time Will Be Your Doctor 5:09
2. Mrs. Prout 6:47
3. Just Look Around You 4:20
4. Afternoon Out 4:57
5. More Than I Am 5:30
6. Country Boy 6:00
7. In Our Time 6:39
8. A Word From Big D 1:39
Bonus tracks
9. Double Time Woman 2:58
10. Big Brass Band 2:56
11. One More Hour 3:58
12. No Name Face 3:05


Mick Hawksworth - bass, vocals, 12-string acoustic guitar and electric cello on "In Our Time"
Roy Sharland - organ, vocal on "A Word From Big D", electric piano on "Just Look Around You"
Paul Francis – drums, percussion
Grahame White – electric guitar, vocals, acoustic guitar on "Mrs. Prout" (album tracks)
Garth Watt Roy - electric guitar, vocals (bonus tracks)

Un album dont vous voudriez que les gens se souviennent ? N'hésitez pas à la partager (avec un petit texte d'accompagnement si possible), je me ferai un plaisir de le poster.
zornophage[at]gmail[dot]com

8 commentaires:

  1. Cet album est excellent ! :) Découvert il y a 4 ou 5 ans, en écoutant religieusement tous les albums listés sur le mini prospectus Repertoire de ma version d'Odessey & Oracle des Zombies. Parce que des types qui sortent aussi bien des tas de merveilles méritent bien ça.

    Mais pour revenir à l'album, c'est vraiment un genre de hard rock que j'aime, tu cites d'ailleurs de jolis noms comme Uriah Heep et Vanilla Fudge. Et puis je le trouve rarement démonstratif, plutôt mélodique, sans trop de moments faibles ou dispensables. Vraiment très bon. C'est dommage qu'il ne soit pas plus connu, ce qui en fait un choix parfait pour ta rubrique, bien joué !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de la virtuosité mais pas d'onanisme musical. Ca les rapproche d'ailleurs d'un Uriah Heep qui n'a jamais allongé ses compos que par besoin, on ne peut pas en dire autant d'une tripotée de leur petits amis d'époque.
      Alors oui, dommage pour Fuzzy Duck, dommage pour Granicus, dommage pour tous ces groupes qui sont passés entre les mailles du filet et qu'on a bien failli perdre corps et âme. Heureusement que quelque bonnes âmes continuent de faire vivre un passé au moins aussi fécond que notre présent.

      Supprimer
  2. Vindiou ! Deux albums de rock à la file… il se passe quelque chose à Mangemesdixeland !!!!!
    Je repasse plus tard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça continue demain, c'te folie !!! ^_^

      Supprimer
  3. Une belle découverte cette album, c'est ça le bonheur avec la musique on découvre des perles tout les jours. Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Et oui, les blogs ça sert surtout à faire découvrir de la musique, et pas que de la musique d'aujourd'hui ni de la musique très connue.

      Supprimer
  4. Ah, ces duels guitares/claviers ça avait quand même de la gueule. Ça bastonne sévère, mais avec élégance et intelligence. Le titre "Country Boy" a un petit parfum d'ELP pas désagréable.
    Superbe découverte. Encore un groupe qu'on classera sous la même 'tiquette que Granicus : "Départ en trombe, et puis plus rien… et merde alors !!!!!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, comme répondu à Alex G plus haut.
      Reste heureusement la musique est les bonnes vibrations qu'elle nous procure quelque soit son âge ou son origine.

      Supprimer