lundi 9 décembre 2013

Aux sources du Prog

King Crimson "In the Court of the Crimson King, 40th Anniversary Series" (2009)
ou "Monument"


Il serait aisé de s’étendre sur les multiples qualités, le caractère avant-gardiste, influent et le statut dorénavant culte (voire légendaire) de cet In the Court of the Crimson King, première levée d’un King Crimson destiné à l’excellence. En toute honnêteté, l’exercice d’analyser une fois de plus cette impeccable galette, entrepris a de trop nombreuses reprises, confinerait à l’extrême vanité. Convenons-en, l’album frise la perfection, tout le monde s’y entend dorénavant même si, en son temps, l’accueil fut nettement plus nuancé avec un certain nombre de rock critics déconcertés par l’approche ô combien libre d’un groupe se souciant si peu des structures qu’elles disparaissent souvent complètement ici remplacées par ce qui devait être connu comme l’archétype, le mètre étalon du rock progressif.

Un point, par contre, a trop longtemps gâché le plaisir des auditeurs. Il concerne la mise en son qui, suite à des problèmes techniques dans la phase d’enregistrement et de mixage d’origine (la perte du master stéréo, une paille !) mais aussi à de nombreuses rééditions n’offrant qu’une version « au rabais » (masterisées à la va-vite et donc peu recommandables), n’étaient pas à la hauteur de ce chef d’œuvre intemporel. Ainsi aura-t-il fallu attendre 2004 pour enfin bénéficier d’une édition digne de ce nom élaborée sous le patronage scrupuleux et attentif de Monsieur Robert Fripp.  A croire que ce n’était pas assez pour un perfectionniste maniaque de la trempe de Fripp, le quarantième anniversaire de la formation du groupe a de nouveau été l’occasion d’une nouvelle édition, définitive cette fois, si l’on en croit la communication du KC Estate. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les petits plats ont été mis dans les grands avec une édition double CD, une édition CD et DVD et une gargantuesque box set de 5 CDs et 1 DVD !

Pour mener à bien cette ambitieuse et utile entreprise, Robert Fripp – comme pour les autres rééditions de la série du 40ème anniversaire - a fait appel aux talents d’ingénieur du son de Steven Wilson (leader absolu Porcupine Tree mais également producteur, entre autres, de Fish, de Marillion ou d’Opeth) qui, en la circonstance, a si bien nettoyé et dynamisé le matériau brut (bien aidé, il faut le dire par la découverte quasi-miraculeuse des master-tapes stéréo) qu’on aurait presque l’impression de se retrouver avec une version overdubbée, trafiquée, du premier King Crimson. Evidemment, il n’en est rien. Ayant personnellement opté pour l’édition 2 CDs, je ne puis commenter que sur le matériel s’y trouvant. En l’occurrence, à choisir entre le 2009 (de Wilson, donc) et le 2004, mon cœur ne balance absolument pas. Si l’Original Master Edition de 2004 était une nette et salutaire amélioration par rapport aux éditions précédentes, le Stereo Mix de 2009 l’enterre aisément. Clair, précis, d’une dynamique à couper le souffle, c’est un travail d’orfèvre donnant une nouvelle vie à un album qu’on prend de nouveau grand plaisir à écouter pointilleusement tant il révèle de petites merveilles auparavant trop noyée dans un spectre sonore trop resserré et imprécis. Les bonus quand à eux sont une addition satisfaisante à cette rutilante réédition et permettent, via des prises alternatives, deux lives sortis des placards de la BBC, une "Wind Session" permettant de vivre quelques instants dans le studio avec le groupe et la chanson titre en version single mono (divisée en deux parties pour la circonstance) de rallonger le bonheur de quelques précieuses minutes et de s'appercevoir, au passage I Talk to the Wind en version duo instrumentale ou la backing track (instrumentale aussi, donc) d'Epitath valent presque les versions de l'album... Presque !

Indispensable (euphémisme !), In the Court of the Crimson King l’est encore plus dans cette version enfin soniquement à la hauteur des ambitions et de la grâce de la musique contenue. C’est dire le bonheur absolu qu'on y prend !


CD 1 
2009 Stereo Mix

1. 21st Century Schizoid Man 7:24
2. I Talk to the Wind 6:00
3. Epitath 8:52
4. Moonchild 9:02
5. The Court of the Crimson King 9:31
bonus
6. Moonchild (full version) 12:15
7. I Talk to the Wind (Duo version) 4:55
8. I Talk to the Wind (Alternate Mix) 6:36
9. Epitaph (Backing track) 9:05
10. Wind Session 4:31

CD 2
Original Master Edition 2004

1. 21st Century Schizoid Man 7:23
2. I Talk to the Wind 6:03
3. Epitath 8:48
4. Moonchild 12:12
5. The Court of the Crimson King 9:25
bonus
6. 21st Century Schizoid Man (Instrumental) 6:43
7. I Talk to the Wind (BBC Session) 4:40
8. 21st Century Schizoid Man (BBC Session) 7:11
9. The Court of the Crimson King Part 1 (mono single version) 3:22
10. The Court of the Crimson King Part 2 (mono single version) 4:30


Robert Fripp: guitare
Ian McDonald: flûte, clarinette, vibraphone, claviers, mellotron, voix
Greg Lake: guitare basse, chant
Michael Giles: batterie, percussions, voix
Peter Sinfield: textes et illumination (sic)

.Recyclé de l'Année du Dragon.
AdD175

11 commentaires:

  1. 2009 Stereo Mix
    http://www70.zippyshare.com/v/42149134/file.html

    Original Master Edition 2004
    http://www70.zippyshare.com/v/32130566/file.html

    RépondreSupprimer
  2. Ok, alors là, direct chez le disquaire...
    Plus qu'une info, un événement !...
    mil mercis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas franchement une info récente, la rééditon date de 2009... Mais toujours un évènement, indéniablement.

      Supprimer
  3. Ca donne envie tout ça, merci!!
    Ca fait un bail que je l'ai pas écouté...

    RépondreSupprimer
  4. Pochette de légende pour un disque que je n'ai jamais pu écouter jusqu'au bout !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que veux-tu ? Tu manques de poésie... Brute épaisse, va !

      Supprimer
  5. Hop pas de commentaires précis,; le temps me manque, mais j'ai quand même le temps de saluer ton talent pour 1) placer des albums que l'on ne penserait pas prendre et pourtant 2) Lire une chronique sur ce disque, mais je savais que je ne serai pas déçu....
    Par contre, mais bon sûr c'est bien sans!!! Je te l'avais déjà pris courant 2012, c'était le même I imagine? (En tout cas je recopie la chronique, nouvelle habitude qui vieillit bien)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un recyclage, c'est donc bien le même.
      Merci pour le reste.

      Supprimer
  6. Je me disais, ça j'ai déjà, mais en te lisant je me suis dit que rien que pour comparer le son, je vais prendre. Merci à toi pour cette très bonne initiative ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie. Et le jeu en vaut la chandelle.

      Supprimer