jeudi 27 mars 2014

Les Immanquables (3) : Fondation et Empire [ZornWeek#4]

John Zorn/Acoustic Masada "Alef" (1994)
ou "Premiers pas à Masada"


     Derrière ce titre emprunté à un volume de l'excellent Space Opera d'Isaac Asimov, se cache le tout premier album de ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler Acoustic Masada soit la première revisitation des racines juives de Maître John Zorn à l'aulne du free jazz d'une de ses idoles, Ornette Coleman, ceci accompagné de l'excellent trompettiste Dave Douglas, et d'un duo rythmique précis et précieux (Greg Cohen à la basse, Joey "Divin Chauve" Baron au badaboum de haute voltige).

     C'est sur le label japonais DIW que sort, dans un anonymat presque complet, ce volume inaugural qui sera suivi de neuf autres dans les quatre années qui suivirent, puis de huit lives "archives" entre 98 et 2005, et, la formation n'existant officiellement plus, de quelques prestations exceptionnelles comme à l'occasion de la série de concerts célébrant le soixantième anniversaire du compositeur New Yorkais, phare toujours aussi brillant d'une scène avant-gardiste fourmillante et passionnante.
     Mais on n'en est pas là en février 1994 (20 ans !) quand sort Alef. Zorn a déjà une belle réputation - grâce à Spillane, The Big Gundown, les albums de Naked City, ceux de Painkiller, etc. - mais n'a ni établi sa propre maison (ça viendra l'année suivante avec la création de Tzadik), ni gagné une "sphère d'admirateurs zélés"(dont je concède bien volontiers faire partie) telle qu'on la connaît aujourd'hui et qui lui permet une autant plus grande liberté qu'il ne dépend plus que de la qualité de ses travaux.
     Présentement, il se lance dans une nouvelle idéet. Sait-il à ce moment l'importance qu'elle aura dans sa carrière et le massif catalogue qu'elle deviendra ? Probablement pas. Il s'y lance malgré tout à corps perdu enregistrant avec son quatuor de choix non seulement le présent Alef mais aussi une grande partie de ses trois successeurs (Beit, un bout de Gimel, le EP Dalet), tout ça en une seule et petite journée... Béni soit le 20 juillet 1994 !
     Parce que, quel album mes aïeux ! Le fantôme d'Ornette en visite à Jérusalem (Jair),  le tango jazz-orientalisant (Bith Aneth), le swing klezmer (Tzofeh), les mélodies absolument imparables (Tahah, qui vous restera gravé dans la mémoire), le swing à deux vents ébouriffants (Janohah), le chaos jazz cartoonesque "à la Zorn" (Zebdi), ou simplement la grâce d'un ambient jazz suave et velouté mais pas sans épine (Idalah-abal), il y a tout ça et même plus dans un Alef, je pèse mes mots, resplendissant de créativité. Et de savoir-faire ! Parce que ces quatre-là, quand ils jouent ensemble, dès leur présents premiers ébats, savent se trouver, se sentir, s'apprivoiser, se compléter évidemment ! Une fine équipe du niveau, attention !, du quatuor classique de John Coltrane, sans aucunement comparer la maîtrise instrumentale du saxophoniste alto Zorn et du tenor 'Trane qui ne sera jamais, c'est entendu, à l'avantage du New Yorkais, simplement de noter l'osmose, la magie d'Acoustic Masada.

     Alef, le début d'une grande et belle histoire. Rien que pour ça, on est bien content que Zorn ait trouvé le divin.


1. Jair 4:53
2. Bith Aneth 6:24
3. Tzofeh 5:13
4. Ashnah 6:20
5. Tahah 5:40
6. Kanah 7:26
7. Delin 1:54
8. Janohah 9:40
9. Zebdi 2:45
10. Idalah-Abal 6:15
11. Zelah 3:48


John Zorn — alto saxophone
Dave Douglas — trumpet
Greg Cohen — bass
Joey Baron — drums

9 commentaires:

  1. Et hop, un Zorn de plus ! Merci le Zornophage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. You're welcome!
      Tu verras, c'est du très bon !

      Supprimer
  2. C'est avec cet album que j'ai connu Mr Zorn... il est très accessible quand on ne connaît pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Accessible à qui aime le jazz qui tire sur le free, tout de même.

      Supprimer
  3. J'l'ai déjà mais chez moi il s' appelle: Masada vol 1 - Alef
    ??
    J'viens de voir qu'il me manquait le dernier titre,je clique donc sur le lien
    et merci

    Fil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je suis trop centré sur la pochette et je viens de comprendre les "Zorn Week" ; ) en passant au post précédent

      Supprimer
    2. Tu as pris l'insert pour le titre ? Lol.
      Enfin, entre gens de bonne compagnie on finit tjs par se comprendre ! ^_^
      En fait c'est Alef de John Zorn avec ce qui deviendra Masada d'abords puis Acoustic Masada à l'apparition d'autres formations cousines (Electric, String Trio...).

      Supprimer
  4. J'arrive pas à arrêter la danse!. Hooop!

    RépondreSupprimer